À propos

Uchroniques – Le projet

Produit par BrainWorks et France Télévisions Nouvelles Écritures, Uchroniques est une série interactive à la croisée du jeu, du documentaire et de la fiction.
Ludique, pédagogique et immersive, elle permet à l’internaute de revisiter dix moments clés de l’Histoire et de les rejouer pour en changer le cours.
L’implication du joueur est totale, les issues du jeu multiples : différents récits résolument fantasmés ou totalement historiques se déclenchent en fonction de la performance vidéoludique de l’internaute.

Intention des auteurs

Et si...
Et si ça s’était passé autrement ?
Et si j’avais agi différemment ?

Cette expression est souvent l’expression d’un regret, d’une déception face à un événement qu’on aurait aimé se voir dérouler différemment, dans notre vie intime, mais également dans l’Histoire.

Appliqué à l’Histoire avec un H majuscule, ça s’appelle l’uchronie.

Néologisme construit sur le préfixe U qui désigne le négatif lié au mot grec « chronos » (le temps), l’uchronie est le récit d’un temps qui n’existe pas, une utopie appliquée à l’Histoire.

L’uchronie est un jeu de l’esprit, une construction intellectuelle.

C’est un jeu qui commence par une question simple : qu’est ce qui ce serait passé si… ?
Si Napoléon avait gagné la campagne de Russie ?
Si les Alliés avaient perdu la guerre ?
Si Kennedy n’avait pas été assassiné à Dallas ?

Le genre est à la croisée du roman historique et de la science-fiction. Comme l’anticipation, une de ses proches cousines, l’uchronie imagine un monde différent à partir de celui que nous connaissons pour offrir un miroir déformant de nos sociétés et développer un regard critique sur la fabrication de l’Histoire, ses mécanismes de transmission et ses leçons.

Le plaisir d’imaginer une Histoire alternative est pour nous fondamentalement ludique. C’est en partant de ce constat que nous avons pensé en faire littéralement un jeu, mis à disposition de l’internaute qui se trouve alors en position de rejouer l’Histoire.

Son action met alors l’internaute en prise directe avec sa responsabilité et le positionne comme un acteur de l’Histoire. On ne joue pas impunément avec l’uranium dans la centrale de Tchernobyl comme on ne tire pas impunément sur la femme du Président des États-Unis…

Le plaisir du jeu suscite celui de la découverte historique et permet d’imaginer des histoires alternatives heureuses, apocalyptiques, utopiques ou dérangeantes, comme d’influer directement sur des destins de personnages historiques.

L’exercice est également l’occasion de porter un regard critique sur les images dont nous sommes abreuvés quotidiennement et sur la manière dont l’Histoire se construit par les images. Issus d’une génération qui n’avait jamais appris à remettre en question les images, nous sommes les enfants de « L’ambassade » de Chris Marker, « Opération lune » de William Karel et « Forgotten Silver » de Peter Jackson, trois documenteurs fondateurs de notre rapport critique aux images et à la narration documentaire. Ce projet est pour nous l’occasion de leur rendre hommage

Thierry Tripod & Patrick Mallet

Une brève Histoire de l’Uchronie

Le néologisme est né en 1857 sous la plume de Charles Renouvier dans son ouvrage « Uchronie, l’utopie dans l’histoire », mais l’exercice existe depuis longtemps.

Le plus ancien exemple connu d'uchronie apparaît dans « Histoire de Rome depuis sa fondation » de Tite-Live. Il évoque l'hypothèse selon laquelle Alexandre le Grand aurait lancé sa conquête à l'Ouest plutôt qu’à l'Est et attaqué Rome au 4ème siècle av. J.-C.

La première œuvre entièrement uchronique semble avoir été le roman de Louis Napoléon Geoffroy-Château, « Napoléon et la conquête du monde » où l’auteur postule que Napoléon aurait fui Moscou avant le désastreux hiver 1812 et aurait ainsi conservé assez de forces militaires pour conquérir le monde.

Cependant, le travail majeur suivant fut certainement, en 1931, la parution d'une anthologie d'« histoires alternatives » (selon la dénomination anglaise) par l'historien britannique, Sir Johan Squire et titrée « If It Had Happened Otherwise » (« Si ça avait eu lieu autrement »). C'est un recueil de textes écrits par de grands professeurs d'histoire des universités d'Oxford et de Cambridge, malheureusement introuvable en français. On y trouve notamment « Si Lee avait gagné la bataille de Gettysburg », un texte de Winston Churchill qui a pour cadre la guerre de Sécession. Churchill imagine un historien sudiste vivant dans un monde où les Confédérés sudistes ont gagné et cet historien imaginant ce que serait le monde si les Nordistes avaient gagné. Ce texte est donc une mise en abyme de l'uchronie.

Quelques lectures recommandées

« La Part de l'autre » (2001), roman d'Éric-Emmanuel Schmitt.

« Le Maître du Haut Château » (The Man in the High-Castle, 1962), roman de Philip K. Dick, Prix Hugo en 1963.

« Fatherland » (1992), roman de Robert Harris.

« Le Complot contre l'Amérique » (2004), roman de Philip Roth.

« 22/11/63 » (2011), roman de Stephen King.

Uchroniques

Uchroniques

Uchroniques

Uchroniques

Uchroniques

Uchroniques

Uchroniques

Uchroniques